Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Argent

Épargne de vos enfants : avez-vous le droit de « piocher » dedans ?

Publié par Lucas le 08 Avr 2021 à 17:23
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Donner, c’est donner. Reprendre… c’est voler ! C’est en tout cas ce qu’exige la loi française relative à ce sujet. En effet, beaucoup de parents décident durant la jeunesse de leurs enfants d’ouvrir un compte à leur nom pour y placer de l’argent que ces derniers pourront utiliser une fois la majorité atteinte. Mais attention, une fois placé sur les comptes des enfants, cet argent ne peut (normalement) pas être réutilisé par les parents.

>>> A lire aussi : Argent : Pourquoi les Français conservent de plus en plus de liquide chez eux ?

Donner, sans normalement reprendre

C’est un sujet qu’il est important de maîtriser, pour éviter toutes sortes de conflits une fois que les enfants auront grandi. En effet, la loi française stipule que de l’argent placé sur le compte d’un mineur comme le Livret A ou le Livret de développement durable et solidaire par les parents ne peut ensuite être réutilisé par ces derniers. Un spécialiste explique :

« Le fait d’alimenter un compte d’un enfant est considéré comme une transmission définitive et quand on donne on ne peut pas reprendre »

Une fois déposé, l’argent et ses utilisations peuvent en revanche être gérés par les parents, sans pour autant qu’ils puissent « se servir ». Puisqu’une fois déposé, l’argent ne leur appartient plus à eux, mais bien à leur enfant.

Parents compte bancaires enfant argent

>>> A lire aussi : Voilà pourquoi votre compte bancaire est en danger !

Éviter les conflits d’argent entre parents et enfants

Si cette loi est importante, elle est notamment utile pour tenter d’éviter la création de conflit sous fond d’argent entre les parents eux-mêmes, voire même avec leurs enfants. Car en effet, à partir de 16 ans, un enfant devient pleinement propriétaire de cet argent et peut alors être amené à poursuivre les parents.

« Des conflits peuvent survenir au moment de la séparation des parents ou à la majorité de l’enfant, en cas d’utilisation personnelle des fonds », poursuit la spécialiste. Tout est à l’appréciation de l’enfant, des parents, et à l’entente qui règne au sein de la famille !

>>> A lire aussi : Frais bancaires : les clients fragiles sont encore les moins bien lotis

Source : Le Revenu
0