Icône menu hamburger Icône loupe de recherche

Crâne retrouvé dans les Pyrénées : les analysés ADN ont parlé !

Publié par Deborah le 31 Juil 2021 à 16:02
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Les analyses ADN sont sans appel : le crâne retrouvé le jeudi 22 juillet appartient bel et bien à Esther Dingley. Cette randonneuse britannique a disparu l’hiver dernier, dans les Pyrénées.

esther dingley disparition

>>> A lire aussi : Delphine Jubillar victime d’un rôdeur ? Cette piste qui vient d’être découverte

Disparue depuis huit mois, l’ADN d’Esther Dingley coïncide au crane retrouvé

Triste nouvelle. Les restes humains retrouvés le 22 juillet correspondent avec  l’ADN d’Esther Dingley. La randonneuse britannique de 37 ans avait disparu il y a maintenant huit mois.

C’était en novembre dernier. Esther Dingley effectuait un trek en solo dans les Pyrénées, à la limite de la frontière espagnole. Après un dernier selfie envoyé sur Whatsapp, le 22 novembre 2020 à son compagnon, la jeune femme n’avait plus donné signe de vie. Par la suite, un crâne avec dessus, quelques cheveux longs avait été retrouvés dans le coin du Port de la Gière, à la limite hispano-française.

>>> A lire aussi : Delphine Jubillar a passé un mystérieux pacte quelques heures avant sa disparition

Les circonstances de sa mort toujours inconnues

Ainsi, les analyses ADN et morphologiques ont été rendues publiques par les experts toulousains.

Toutefois, on ne connaît pas encore les circonstances de son décès. « À ce stade, il n’y a aucun signe d’équipement ou de vêtements«  précisent les proches de la jeune Britannique. L’association caritative LBT Global, qui aide depuis la disparition de la jeune femme, ses proches a expliqué que « l’enquête en est encore à ses débuts » avec « un seul os actuellement localisé. » Il conclut qu’il faudra encore attendre « un certain temps » avant d’en savoir plus sur les circonstances de la mort de la Britannique.

Du côté des proches d’Esther Dingley, sa mère et son compagnon, Daniel Colegate, ont exprimé leur bouleversement en apprenant la nouvelle. « Nous savions tous depuis de nombreux mois que les chances que nous avions de serrer notre chère Esther dans nos bras, de sentir la chaleur de sa main dans la nôtre, de voir son magnifique sourire illuminer une pièce était minuscule. Mais avec cette confirmation, ce petit espoir s’est évaporé. » confient-ils.

L’enquête et les recherches franco-espagnoles se poursuivent toujours.

>>> A lire aussi : Disparition d’Agathe Auproux : où est passée la chroniqueuse ? L’inquiétude grandit !

close

Inscrivez vous à la Newsletter TDN

Tous les jours le meilleur du web directement dans votre boite mail.
Garanti sans SPAM.


Inscrivez-vous à la newsletter.
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail