Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Faits divers

Une figure des nuits parisiennes accusée d’être un violeur !

Publié par Lucie B le 01 Oct 2020 à 13:30
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Thierno*, trentenaire sénégalais, est un homme très connu dans le microcosme des soirées parisiennes. Il est accusé d’avoir commis 2 viols en l’espace de 3 ans.

La suite après cette publicité

À lire aussi : Elle hérite d’un appartement et découvre un véritable trésor dans sa cave !

Un scénario identique

La suite après cette vidéo

Mannequin à ses heures, Thierno se présente comme un consultant en stratégie commerciale, spécialiste des réseaux sociaux. La nuit, l’homme écume les boîtes parisiennes les plus branchées, son port d’attache se trouvant aux Champs Élysées. Des endroits où le champagne coule à flots et la cocaïne est bien présente. Il est d’ailleurs connu, dans un premier temps, des services de police pour une petite affaire de détention de cocaïne. Thierno est décrit comme un « dragueur, beau parleur, manipulateur » mais également comme un homme « charismatique et charmant. »

La suite après cette publicité

Pourtant, il est accusé d’avoir commis deux viols, l’un sur une adolescente mineure en 2014 et l’autre sur une jeune femme de 24 ans, en 2017, alors qu’il était sous emprise de stupéfiants. Il les aurait violées toutes deux dans leur sommeil, après une nuit passée ensemble dans des boîtes de nuit.

Des victimes déterminées

C’est la deuxième victime qui porte plainte la première, le jour même de son viol. Les inspecteurs retrouvent du sperme et des traces de maladies sexuellement transmissibles. Elle ne changera jamais sa version de faits. C’est elle qui trouvera la première victime, qui mineure pendant les faits, avait peur d’en parler à ses parents. Elle la convainc de porter plainte également. C’est donc pour les deux viols que Thierno sera jugé.

La suite après cette publicité

Ensemble, les deux victimes ont refusé que le procès se déroule devant le tribunal correctionnel. Un procès moins long, moins lourd, mais qui peut sembler minimiser les faits. Le procès aura donc lieu devant une cour d’assises, avec un jury populaire. À moins que la demande d’appel de l’ordonnance de mise en accusation, déposé de la part des avocats du prévenu ne soit acceptée. La Cour de cassation tranchera le 6 octobre prochain.

Le prénom a été modifié. 

Source : Le Parisien

La suite après cette publicité

À lire aussi : Mort de Victorine : Les causes du décès révélées par l’autopsie !

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.