Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Faits divers

Mineure, elle refuse de révéler avoir été mise enceinte par un violeur… Cinq ans plus tard il obtient la garde de la fillette !

Publié par Céline le 24 Juin 2022 à 5:33
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Alors qu’elle était âgée de seulement 16 ans, une jeune fille a caché être tombée enceinte suite à un viol. Mais malheureusement pour elle, cinq ans plus tard, son agresseur obtient la garde de l’enfant de la part de la justice !

Mineure, elle refuse de révéler avoir été mise enceinte par un violeur... Cinq ans plus tard il obtient la garde de la fillette !

Pixabay

Les vidéos du jour à ne pas manquer

Elle ne souhaitait pas dévoiler que son enfant était issu d’un viol

Les faits remontent à 2005. À cette époque, Crysta Abelseth, originaire de la Louisiane, 16 ans, est raccompagnée à son domicile par John Barnes, 30 ans à l’époque, après avoir bu quelques verres avec ses amis. Mais au lieu de la ramener chez elle, comme convenu, il l’aurait conduit chez lui et l’aurait agressée sexuellement sur le canapé de son salon.

Crysta n’a pas tout de suite révélé le drame qui venait de se produire. Elle ne souhaitait, en effet, pas révéler que sa fille était le fruit d’un viol.

Cinq ans après la naissance, le violeur découvre l’existence de la fillette et n’ayant jamais été inculpé ni pour viol ni pour détournement de mineur, il obtient la garde partagée de l’enfant. Mais ce n’est malheureusement pas tout !

Le violeur finit par obtenir la garde totale de la petite fille

Le 16 juin 2022, Crysta a reçu l’ordre de renoncer à la garde sa fille… désormais âgée de 16 ans. Mais aussi de verser une pension alimentaire à Barnes. Visiblement, l’homme aurait obtenu la garde complète après s’être plaint auprès du juge Jeffrey Cashe que la mère de famille aurait donné un téléphone portable à sa fille.

Selon Crysta Abelseth, son rapport d’agression sexuelle, qui a depuis été déposé auprès du bureau du shérif de Tangipahoa Parish, n’a fait l’objet d’aucune enquête approfondie. Le département du shérif a déclaré quant à lui que « l’enquête sur les affirmations de la mère de famille sont en cours. Mais qu’elle n’a pas bougé depuis 2015. « 

0