Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Insolite

Les quatre villes les plus moches de France sont…

Publié par Victor Adan Vergara le 27 Nov 2022 à 18:45
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Les « Prix de la France moche » ont été décernés. 4 villes ont eu cette année « l’honneur » de recevoir cette distinction peu flatteuse. Un concours organisé par Paysages de France qui lutte contre l’invasion des panneaux publicitaires.

À lire aussi : La meilleure ville de France alliant emploi et logement est…

Une distinction peu flatteuse pour les villes

Alors, oui on connaissait le label « Plus beaux villages de France ». On connaissait aussi la distinction du plus beau marché de Noël. Des prix plutôt flatteurs pour les maires. Mais, les « Prix de la France moche », on ne connaissait pas du tout. C’est un peu comme pour les Razzies Awards pour le cinéma. Personne ne veut avoir cette distinction. Et pourtant, quatre très heureuses communes françaises ont eu la « chance » de recevoir cette statuette.

L’organisation veut être claire sur son objectif : « la distinction ne vise pas à stigmatiser les communes en question. Paysages de France souhaite mettre en lumière les atteintes aux paysages urbains et changer les choses. Les villes en question sont donc sanctionnées pour leur inaction face à l’invasion des panneaux publicitaires dans un lieu de la commune » .

panneaux publicitaires route france

À lire aussi : Découvrez la ville de France la plus pluvieuse… Et elle ne se situe pas en Bretagne !

Une association pour changer les choses

Dans leur communiqué, Paysage de France s’explique : « Il ne s’agit pas d’un classement des villes les plus moches, mais de quatre endroits de France, dans quatre communes de France, qui, pour nous, représentent un peu de la France moche » . L’association a été créée en 1992. Elle est « agréée dans le cadre national au titre du Code de l’environnement, indépendante des pouvoirs économiques et politiques » .

Au micro de 20 minutes, l’administrateur de l’association, Olivier Saladin, a raconté comment se déroule la sélection : « On propose à nos adhérents un petit concours de photos des endroits qui traitent du problème de la France moche. Ces verrues aux entrées de ville, immondes et abandonnées à la publicité. On a reçu de nombreuses photos. Un jury s’est réuni et en a sélectionné quelques-unes » .

Les lauréats de cette année

Alors que certains maires payent pour que de nouveaux habitants viennent habiter chez eux, d’autres reçoivent malheureusement de terribles distinctions. Voici les 4 lauréats. Tout d’abord, Villard-de-Lans (Isère). La commune reçoit le Prix de la « mise en lumière » du paysage pour son panneau d’information municipale numérique indiquant l’heure, le nom de la ville et une photo. Cette photo « montre le paysage qu’on pourrait voir s’il n’était pas là ! » , ironise l’association.

Deuxième lauréat : Moussac (Gard). La ville a été élue dans la catégorie « Campagne publicitaire ». Encore avec humour, l’association plaisante : « La lecture de tous ces panneaux permet aux automobilistes de ne pas s’endormir au volant et d’avoir tout ‘loisir’ de choisir une activité. Bien vu ! » .

ville moussac moche panneaux publicitaires
L’avenue des Loisirs à Moussac (Gard)

Une zone commerciale est aussi primée cette année, celle d’Aubière (Puy-de-Dôme). Une zone commerciale tout à fait banale, mais qui se distingue par l’empilement conséquent de panneaux de publicité. Il reçoit le Prix de la triste banalité.

Finalement, la Chaussée Royale (Réunion) est le dernier lauréat de ce palmarès. Il remporte le Prix de l’agression du paysage. Et cela, à cause d’une série de panneaux présente sur la commune de Saint-Paul.

Le communiqué de l’association se conclut de cette manière : « Gageons que ces prix 2022 continueront d’ouvrir les yeux de ceux et celles qui semblent se voiler la face au nom du progrès et de la modernité devant des zones commerciales tentaculaires, des rues saturées de panneaux publicitaires ou une bétonisation galopante… Pour ne pas s’habituer à la laideur » . Olivier Saladin s’étonne en souriant : « On envoie aux maires des communes leur prix. Bizarrement, on a très peu de retours » .

À lire aussi : Impôts : Quelles sont les villes où la taxe foncière augmente le plus ?

0