Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Politique

Guerre Nucléaire : Les Etats-Unis sont-ils vraiment prêts à répliquer ?

Publié par Mia le 17 Oct 2022 à 19:10
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

La Russie est à deux doigts de contre-attaquer face aux alliés de l’Ukraine. Une menace de « guerre mondiale » réelle, comme l’a récemment avoué Emmanuel Macron. Néanmoins, d’après l’OTAN, il est important de tempérer : si une guerre nucléaire éclatait entre la Russie et les États-Unis, ou dans d’autres pays membres, l’organisation serait en mesure de se protéger. Elle aurait même les moyens de réduire à néant l’arme nucléaire russe avec des armes conventionnelles…

À lire aussi : La télévision russe propose au monde entier… de profiter des derniers jours sur Terre avant le drame nucléaire

Les États-Unis n’auraient pas besoin d’utiliser l’arme nucléaire

Si Vladimir Poutine venait à utiliser l’arme nucléaire contre un allié de l’Ukraine, les conséquences sur la Terre seraient désastreuses. Et c’est bien cela qui effraie les États-Unis et tous les membres de l’OTAN. Mais, fort heureusement, d’après l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord, organisme politico-militaire, les forces nucléaires de la Russie seraient bien moindres par rapport aux moyens militaires de l’OTAN. Ainsi, l’organisation l’affirme : si Poutine utilise l’arme nucléaire, les États-Unis n’auraient même pas besoin d’envoyer la sienne. L’OTAN serait en mesure de contrer la Russie et de réduire à néant l’arme nucléaire grâce à des armes basiques. Explications.

Au cours de la présidentielle de Barack Obama, les services de renseignements des États-Unis avaient rapporté que la Russie avait adopté un nouveau plan nucléaire. Ce dernier impliquait que si la Russie et l’OTAN entrait en guerre conventionnelle et que la Russie perdait, la Russie enverrait alors un petit nombre d’armes nucléaires à faible puissance. Cela aurait ainsi pour effet sur l’OTAN d’arrêter la guerre conventionnelle pour éviter qu’une guerre nucléaire ne prenne le pas. C’est en tout cas ce qu’espère la Russie avec ce plan de guerre.

etats unis otan arme nucleaire russie (2)

À lire aussi : « Des réponses sévères » : Poutine est-il sur le point d’appuyer sur le bouton nucléaire ?

Utiliser la guerre conventionnelle et le soutien des autres pays

Pour tester cette nouvelle stratégie de la Russie et donc trouver une solution pour gagner la guerre sans passer par le nucléaire, les États-Unis ont effectué une simulation de guerre. La simulation consistait à une invasion d’un pays balte par la Russie. Dans ce cadre, l’OTAN envoie ses armées dans une guerre conventionnelle. En représailles, la Russie enverrait alors ses armes nucléaires afin de prendre le pouvoir dans ce conflit, attendant en retour la capitulation de l’OTAN.

Pour éviter la capitulation, quelle décision prendre ? D’abord, des généraux ont pensé répliquer avec des armes nucléaires. Mais cela n’aurait fait qu’aggraver les choses. C’est alors que Colin Kahl a proposé une autre solution : « Vous ne prenez pas assez de recul. Lorsque la Russie lâchera une bombe atomique, nous serons face à un instant décisif pour la planète » , a-t-il dit. Selon lui, si l’OTAN répliquait avec des bombes nucléaires, cela banaliserait leur utilisation et l’OTAN abandonnerait un grand avantage : celui de rallier le monde entier contre la guerre nucléaire, contre la Russie.

C’est ainsi que les États-Unis ont décidé de répondre à une potentielle attaque nucléaire par le renfort de leurs opérations militaires conventionnelles sur le terrain. En effet, selon l’OTAN, cela serait plus efficace pour toutes les raisons citées au-dessus. Mais aussi, parce que les forces armées conventionnelles de l’OTAN sont tout simplement plus forte que celle de la Russie.

Les États-Unis vont-ils utiliser l’arme nucléaire dans ce conflit en Ukraine ?

Mais, tout ceci ne vaut que dans cette simulation, pour le moment. Joe Biden ferait-il la même chose dans la vie réelle, en Ukraine ? Le président des États-Unis a récemment avoué qu’il n’avait aucune idée de ce qu’il ferait si la Russie utilisait l’arme nucléaire. « Vous pensez vraiment que je vous le dirais si je le savais avec précision ? Il est évident que je ne vais rien vous dire. Les conséquences seraient immenses. Les Russes seront plus que jamais les parias du monde. Et la mesure de ce qu’ils feront déterminera le type de réponse » , a-t-il notamment déclaré, inquiet d’une  « apocalypse nucléaire » .

De son côté, l’ex-général David Petraeus est convaincu de l’inutilité des armes nucléaires pour contrer une attaque nucléaire russe. « Juste pour formuler une hypothèse, nous répondrions à l’usage d’armes nucléaires par la Russie en dirigeant une démarche de l’OTAN qui détruirait toutes les armes conventionnelles russes que nous sommes capables de voir et d’identifier sur le champ de bataille en Ukraine et également en Crimée, et tous les bateaux de la mer Noire » .

À lire aussi : Vladimir Poutine est plus que jamais à la limite de l’attaque nucléaire…

Source : Slate
0