Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Politique

Le Nouveau Front Populaire prêt à libérer 16 000 prisonniers en cas de victoire aux législatives ?

Publié par Fanny Jacob le 27 Juin 2024 à 8:01
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Un maire LR s’est exprimé sur une des mesures du Nouveau Front Populaire en vue des législatives, celle que la surpopulation en prison. Il assure que le parti reconstitué voudrait libérer 16 000 prisonniers en cas de victoire aux élections.

La suite après cette publicité

bardella darmanin Gérald Darmanin tente de discréditer Jordan Bardella avec un montage vidéo trompeur […] Gérald Darmanin tente de discréditer Jordan Bardella avec un montage vidéo trompeur

Le Nouveau Front Populaire, en marche vers les législatives

Le 9 juin 2024, les français ont voté aux élections européennes, lesquelles se sont soldées par une victoire du Rassemblement National. Voyant que le parti présidentiel n’avait pas pris l’ascendant, Emmanuel Macron a annoncé l’impensable : la dissolution de l’Assemblée nationale.

La suite après cette publicité

Dans ce cadre, de nouvelles élections législatives vont avoir lieu le 30 juin et le 7 juillet pour élire de nouveaux députés, ceux qui votent les lois en France.

Nouveau Front Populaire programme (4)

Depuis, plusieurs partis se font la guerre médiatique dans une campagne électorale express dans le but d’avoir le plus de voix possible, de rallier le public et d’avoir le plus de sièges à l’hémicycle. Et pour cause, le parti qui aura le plus de voix pourrait reprendre la main sur le gouvernement.

La suite après cette publicité
La suite après cette vidéo

Par exemple, si la majorité présidentielle gagne, Gabriel Attal restera premier ministre. Mais il peut aussi être remplacé par Jordan Bardella (RN) ou par Jean-Luc Mélenchon (La France Insoumise) en cas de victoire, respectivement, de la droite ou de la gauche.

emmanuel macron lettre français Une guerre civile à l’issue des élections ? Emmanuel Macron craint le pire Une guerre civile à l’issue des élections ? Emmanuel Macron craint le pire

Un débat entre Gabriel Attal, Jordan Bardella et Manuel Bompart

La suite après cette publicité

Ce 25 juin 2024, un débat entre les principaux partis a donc eu lieu à la télévision. Il opposait Gabriel Attal du parti présidentiel, Jordan Bardella du Rassemblement National et Manuel Bompart désigné comme représentant pour le Nouveau Front Populaire (alliance de plusieurs partis de gauche dont les écologistes, les socialistes, LFI…).

Ce débat a remis sur le tapis les principaux axes des programmes de chaque parti. Une manière d’y voir plus clair pour les électeurs.

Nouveau Front Populaire programme (4)
La suite après cette publicité

Nous avons entendu Jordan Bardella sur diverses questions, notamment sur l’immigration, la sécurité et les nouvelles mesures à l’école. Gabriel Attal a aussi évoqué son programme en évoquant la retraite, les impôts… Et il a aussi accusé ses rivaux de proposer certaines mesures impossibles à financer.

Et face à eux, nous avions aussi Manuel Bompart qui représente le Nouveau Front Populaire. Ce dernier s’est exprimé sur plusieurs mesures comme la hausse du SMIC à 1600 euros ou encore sur la laïcité à l’école.

Néanmoins, lors de ce débat, il n’a pas beaucoup parlé d’une des mesures du Nouveau Front Populaire : l’action contre la surpopulation carcérale.

La suite après cette publicité

« Agir contre la surpopulation carcérale »

Dans le programme du Nouveau Front Populaire, nous pouvons effectivement lire cette mesure : « Agir contre la surpopulation carcérale, assurer des conditions dignes de détention et donner les moyens à l’administration pénitentiaire et judiciaire de réaliser sa mission en toute sécurité ».

« 16 000 détenus en surpopulation carcérale pourraient être remis en liberté »

Invité chez Europe 1, le maire de Salbris (Loir-et-Cher) et conseiller régional des Républicains (LR), Alexandre Avril, s’est exprimé sur cette mesure.

La suite après cette publicité

Dans cette émission, le maire LR a fait une révélation qui pose question. « 16 000 détenus en surpopulation carcérale pourraient être remis en liberté » si le Nouveau Front Populaire gagne aux législatives, a-t-il déclaré.

D’où sort-il ces chiffres ? Dans le programme des partis de gauche, aucune mention de ce chiffre n’est inscrit. Auprès de Franceinfo, Alexandre Avril a expliqué ses propos.

Selon lui, 16 000 prisonniers représenteraient le surnombre carcéral actuel. Un chiffre qu’il a donné à la baisse, d’après lui. « Sur les 77 647 détenus incarcérés au 1ᵉʳ mai 2024, 18 318 étaient considérés en surnombre », explique Franceinfo, en accord avec les chiffres du ministère de l’Intérieur.

La suite après cette publicité
Nouveau Front Populaire programme (4)

« Pas question de libérer 16 000 prisonniers d’un coup »

Suivant le maire, il y aurait trois façons d’agir sur la surpopulation en prison. La première serait de « construire des prisons », la seconde serait « d’expulser des étrangers dans les prisons ».

Et la troisième serait de « mettre en place la régulation carcérale ». Et c’est cette dernière mesure qui serait portée par le Nouveau Front Populaire.

La suite après cette publicité

Aminata Niakaté, porte-parole des Ecologistes-EELV, a été contactée par Franceinfo sur le sujet. 16 000 prisonniers libérés, c’est un sacré nombre, et cela peut effrayer.

« Il ne s’agit pas de libérer des détenus de manière fantasmée, mais plutôt de proposer en amont de la détention des peines alternatives à la prison et pendant la détention des aménagements pour les personnes prêtes à être réinsérées », explique-t-elle.

La France Insoumise assure aussi qu’il n’est « pas question de libérer 16 000 prisonniers d’un coup en arrivant au pouvoir, mais de refonder la politique pénale ».

La suite après cette publicité
Nouveau Front Populaire programme (4)

emmanuel macron video trans Emmanuel Macron accusé de transphobie après une déclaration controversée (vidéo) Emmanuel Macron accusé de transphobie après une déclaration controversée (vidéo)