Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Santé

Coronavirus : Un convoi de transfert de malades prend une tournure irréaliste

Publié par Romane TARDY le 02 Avr 2020 à 18:04

Pour soigner au mieux les malades, certains sont transférés entre les hôpitaux de différentes régions. Lors d’un transfert entre Reims à Tours, il y a eu un petit incident qui les a empêché de finir leur parcours.

A lire aussi : Confinement : Emmanuel Macron assouplit les règles pour certaines personnes

Ils étaient huit patients atteints du Covid-19. Ils partaient du CHU de Reims, de la polyclinique privée Courlancy de Bezannes (Marne) et de l’hôpital de Châlons-en-Champagne. Les patients roulaient en direction de la clinique Saint-Gratien de Tours pour un transfert. Malheureusement, le trajet ne s’est pas passé comme prévu.

Le convoi de transfert de malades obligé de faire demi-tour

L’autocar médicalisé a dû de faire demi-tour pendant ce transfert interrégional. La directrice du CHU a reçu un appel pour lui demander d’arrêter le transfert et de ramener les patients, selon Arnaud Robinet, maire de Reims, au micro de l’AFP. Le problème : une absence d’autorisation du ministère de la Santé. En effet, « les échanges interrégionaux de patients atteints de Covid-19 sont soumis à l’autorisation du centre de crise sanitaire du ministère de la Santé, ce qui n’était pas le cas » , a souligné Agence Régional de Santé Grand-Est. Elle complète : « La doctrine est nationale et déclinée à l’échelon régional. Ainsi, il est d’abord privilégié les transferts interdépartementaux au sein des groupements hospitaliers de territoires » .

Avant de pouvoir envisager le transfert, il faudra donc se mettre en phase avec la régulation nationale, de quoi bien le retardé. Le maire de Reims précise qu’il s’agit donc « d’un couac administratif et non médical » . En effet, l’hôpital de Reims est au bord de la saturation. A ce jour, 116 patients atteints du Covid-19 ou en attente de confirmation y séjournent et 41 de plus sont en réanimation.

Source : RTL

A lire aussi : Coronavirus : une vague de patients victimes d’AVC inquiète

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.