Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Santé

Covid-19 : Le sous-variant « Centaure » est-il dangereux ?

Publié par Gabrielle le 27 Juil 2022 à 9:04
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Malgré la vaccination, l’épidémie de Covid-19 n’a malheureusement pas disparu. Nous faisons régulièrement face à des pics de contamination. Omicron, Delta, Bêta… La liste des variants ne cesse de s’allonger. Des sous-variants viennent même compléter la liste. L’un d’eux nommé Centaure gagne du terrain, faut-il s’en inquiéter ?

Le sous-variant Centaure à l’origine d’une nouvelle vague ?

Le virus du Covid-19 ne cesse de muter et d’allonger la liste des variants. Face à cette situation, l’OMS s’inquiète pour les mois à venir et prédit un hiver difficile. La France traverse sa septième vague de Covid, les contaminations dues au sous-variant BA.5 étaient majoritaires.

Les vidéos du jour à ne pas manquer

BA.5 est un sous-variant du variant Omicron. Mais un nouveau sous-variant vient de faire son apparition. Il est apparu pour la première fois en Inde durant le mois de mai. Il s’est ensuite rapidement propagé dans d’autres pays dont les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Australie, les Pays-Bas, le Japon ou encore le Canada.

Mais quel est ce nouveau sous-variant ? Il s’agit du BA.2.75. Il descend de BA.2, un sous-variant d’Omicron, qui a été majoritaire durant la sixième vague de Covid-19 en France. Il s’agit donc d’un « variant de seconde génération« .

Trois cas recensés sur le territoire français

Alors que la quatrième dose de vaccin est désormais disponible pour certaines personnes, ce sous-variant pourrait être à l’origine d’une nouvelle vague de Covid-19. Trois cas ont été détectés en France le vendredi 22 juillet.

Aussi nommé « Centaure », il a été placé sur la « liste noire » de sous-variants à surveiller par l’OMS. La scientifique en chef de l’OMS indique que ce sous-variant « semble avoir plusieurs mutations sur le domaine de liaison au récepteur de la protéine de pointe « . Il s’agit d’un « élément clé du virus qui s’attache au récepteur humain » .

« Donc on doit surveiller cela. Il est encore trop tôt pour savoir si ce sous-variant dispose de propriétés d’invasion immunitaire plus fortes et s’il aura des effets plus sévères sur le plan clinique, on ne le sait pas encore » , explique-t-elle. Les médecins s’inquiètent de l’arrivée d’un nouveau variant, qui pourrait profiter de la baisse de l’immunité des Français pour se propager.

0