Icône menu hamburger Icône loupe de recherche

Pfizer : la somme colossale que va toucher le laboratoire pour les vaccins contre la Covid-19 !

Publié par Claire JONNIER le 04 Fév 2021 à 14:26
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

La polémique enfle autour des vaccins et de l’emprise de la Big Pharma dans la crise sanitaire. Surtout lorsqu’on nous annonce que Pfizer affiche un bénéfice de 15 milliards d’euros. Alors est-ce justifié ? Y a-t-il un autre moyen de procéder ? Réponse !

>> À lire aussi : Vaccin Pfizer-BioNTech : la très bonne nouvelle du jour !

Pfizer : un bénéfice de 15 milliards d’euros !

Ça peut choquer et en même temps, ça interroge. Dans le contexte actuel de la crise sanitaire où beaucoup de personnes décèdent, Pfizer empoche un bénéfice de 15 milliards d’euros. Évidemment, il faut déduire les frais en plus d’un partage avec BioNtech. Il restera donc 4 milliards d’euros de bénéfice à la firme ce qui représente une marge de 25 % à 30 %.

Un chiffre qui reste colossal mais qu’il n’est pas rare de constater dans le secteur. D’autant qu’il faut tout de même se souvenir qu’il s’agit du seul acteur sur le marché à avoir prévu un vaccin dans des délais aussi courts. Néanmoins, est-ce qu’il ne s’agirait pas d’une stratégie de la Big Pharma pour s’assurer une place indétrônable lorsqu’il s’agit de pourvoir des médicaments ?

pfizer-vaccin-big-pharma-covid-19

La logique du bien commun

Après tout, lorsqu’on y pense, les vaccins agissent pour soigner les êtres humains et leur éviter les pires trépas. Ainsi, et dans cette logique plus humaniste que capitaliste, ne serait-il pas intéressant d’adopter une vision du bien commun ? En tous les cas, c’est ce que défendent les chercheurs d’Oxford et c’est justement par là qu’est entré AstraZeneca. Sauf que la sortie, il se place comme un acteur majeur dans la crise sanitaire et se positionne donc sur le marché.

En outre, il faut savoir que si cette logique du bien commun s’applique, alors, on risque de constater un effet pervers. En effet, si la carotte des profits n’est plus à l’arrivée, alors l’effervescence de la concurrence qui stimule l’innovation s’évanouit complètement. D’une certaine manière, on pourrait donc conclure en disant que Pfizer s’en met certes plein les fouilles, mais que grâce à lui, de nombreux autres laboratoires se sont dépassés pour pouvoir aboutir à la création d’un vaccin efficace.

>> À lire aussi : Des documents confidentiels publiés par des hackers montrent les pressions exercées pour l’autorisation du vaccin Pfizer

Source : FranceInter
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail