Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Société

Obéir à son mari et rester à la maison : un imam suspendu après avoir tenu des propos discriminatoires envers les femmes

Publié par Deborah le 25 Juil 2021 à 10:02
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

L’imam de la mosquée de Saint-Chamond est suspendu de ses fonctions après avoir demandé à des femmes musulmanes d’« obéir à leur mari«  et de « rester dans leurs foyers. » 

imam destitution


>>> A lire aussi : Mila à la Grande mosquée de Paris : un grand moment d’émotion sous le signe de l’apaisement (vidéo)

Prêches misogynes, des propos discriminatoires envers les femmes

Sa destitution est officielle depuis ce vendredi 23 juillet. Comme l’avait exigé la préfète de la Loire, l’imam comorien de la mosquée de Saint-Chamond (Loire), Mmadi Ahamada, ne pourra plus diriger la prière.

Et pour cause. On le voit dans une vidéo postée sur la page Facebook de la mosquée, le 20 juillet, jour de Aïd el-Kébir, s’adresser à une centaine d’hommes, en arabe et en français. Dans celle-ci, il demande aux « femmes musulmanes désireuses d’entrer eu Paradis (d’)obéir à (leur) mari (…) veiller aux droits d’Allah et à ceux de leur époux. »

Mais ce n’est pas tout. L’imam invite ces femmes à « rester dans vos foyers » et à ne pas s’« exhibez à la manière des femmes d’avant l’islam. » De plus, selon ses dires, elles ne devraient pas être « trop complaisantes » dans leur langage. Des paroles choquantes qui vont à l’encontre de l’égalité femmes/hommes.

>>> A lire aussi : Marseille : des migrants protestent car leur foyer ne possède pas de salle de prière

Un deuxième imam destitué

Ainsi, les propos tenus par le prêche sont considérés comme discriminatoire envers la femme. Le ministre de l’Intérieur, Gérard Darmanin, a confirmé qu’« à sa demande », deux imams en France, dont celui de la mosquée de Saint-Chamond ont été destitué. Il a qualifié ses « prêches inacceptables. » 

Le deuxième imam, de la mosquée d’Ennour, à Gennevilliers (Haut-de-Seine) aurait tenu le 4 juin des propos, lui aussi, diffamants à l’égard des femmes. Il les accuse de « manquer de pudeur. » En effet, il s’en serait pris à « celles qui partagent sur les réseaux sociaux des leçons de maquillage ou des tenues qui mettent en valeur les formes de leur corps« , les qualifiant de diable.

Depuis, il semblerait que l’imam ne puisse plus prêcher « dans le 92« , et ce, « dans le cadre de la lutte contre le séparatisme » a expliqué la préfecture.

>>> A lire aussi : Paul Pogba : sa femme Maria Zulay apparait voilée, s’est-elle convertie à l’Islam ?

0