Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Société

« C’est une Greta Thunberg ménopausée » : Cette remarque sexiste d’un chroniqueur à Sandrine Rousseau ne passe pas du tout (vidéo)

Publié par Fanny le 27 Sep 2021 à 15:00
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Dans le contexte si particulier de la future élection présidentielle, de nombreux débats font rage. C’était, par exemple, le cas entre Eric Zemmour et Jean-Luc Melanchon, c’est maintenant au tour de Sandrine Rousseau de faire les gros titres. Cependant, ce n’est pas la finaliste de la primaire écologiste qui pose problème, mais bien un chroniqueur ayant tenu des remarques sexistes sur CNews à son encontre. Découvrez ses propos dans la vidéo ci-dessous.

>>> A lire aussi : Marine Le Pen : Elle souhaite prioriser les français pour les logements HLM

« C’est une Greta Thunberg ménopausée »

Les bourdes à la TV, nous connaissons. Mais alors là, ça va encore plus loin. Celui qui se dit être un « politologue » n’a pas eu sa langue dans la poche ce dimanche 26 septembre. En effet, le chroniqueur Guillaume Bigot a tenu des propos désastreux lors de son émission. Des remarques sexistes et sans aucun intérêt politique envers Sandrine Rousseau, la favorite des verts, alors finaliste face à Yannick Jadot.

Voici les remarques sexistes en question sur CNews : « Si vous l’écoutez, on a l’impression d’une illuminée. C’est la folie verte. C’est une sorte de Greta Thunberg ménopausée » . L’éditorialiste y est allé fort et tacle par la même occasion la petite suédoise pro écologie.

Le chroniqueur débat sur la stratégie de campagne de la candidate et affirme en même temps que cette dernière « surjoue » sa radicalité d’écologiste : « Elle force le trait. Elle augmente le son. Quand je dis Greta Thunberg, on voit bien, elle a des yeux comme des chouettes et elle débite des trucs ultra-violents en regardant face caméra. C’est un peu ce que fait madame Rousseau. Elle n’a pas le même âge, c’est simplement ce que je voulais dire » .

Remarques sexistes sur Cnews

Indignation de la classe politique qui défend Sandrine Rousseau

Plusieurs personnalités politiques ont réagi sur les réseaux. Les propos du chroniqueur CNews sont mal passés. Alors que certains défendent le chroniqueur plaidant qu’il évoquait simplement le personnage incarné par la politicienne, d’autres y voient surtout des remarques sexistes et déplacées envers l’âge et la personnalité de Rousseau. En effet, le principal souci relevé dans cette vision des choses, c’est cette constante diabolisation des femmes engagées.

Sandrine Rousseau victime de remarques sexistes sur CNews

De son côté, Matthieu Orphelin a tweeté qu’il s’agissait «  …de sexisme extrême d’un gros con » .

Alice Coffin, élue EELV de Paris, déclare d’ailleurs que : « Les insultes sexistes c’est chaque jour, chaque heure pendant cette campagne. Comment encore penser que la présidentielle offre un réel terrain démocratique pour les femmes? » . Le patron de l’EELV, Julien Bayou, a invité ses abonnés, à son tour, à signaler ces remarques sexistes au CSA.

Manon Aubry et Marlène Schiappa ont également exprimé leur mécontentement face à ces divagations. « Nous sommes en 2021 et quand une femme défend ses opinions, on la traite encore d’hystérique » , a tweeté Manon Aubry. Pour sa part, Marlène Schiappa a ajouté : « Ahah la ménopause des femmes, c’est tellement drôle, et puis c’est vraiment un argument politique ça. J’aimerais débattre des désaccords de fond que nous avons avec Sandrine Rousseau mais l’outrance misogyne des commentateurs me pousse à la défendre […] Ce ‘politologue’ m’a qualifiée en juin d’experte en ‘concours de t-shirts mouillés’ sans que ça n’émeuve personne » .

Quant à Guillaume Bigot, ce dernier a réagi au buzz en précisant bien que ses propos n’engageaient que lui et non CNews : « Je ne savais pas que la ménopause était une insulte. Je ne savais pas non plus que pour une candidate EELV, être comparée à Greta Thunberg pouvait être infamant » . Evidemment, cette excuse n’est pas passée étant donné que les remarques sexistes tiennent surtout dans l’évocation d’une « illumination » , d’une hystérie féminine. Et non vraiment dans la comparaison entre Sandrine Rousseau et Greta…

>>> A lire aussi : Emmanuel Macron : cette très bonne nouvelle sur les vaccins qu’il vient d’annoncer…

close

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.

0