Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Société

« À cette date, je n’avais pas le droit de dire non » : quand la Saint-Valentin vire au cauchemar…

Publié par Elodie GD le 14 Fév 2023 à 22:37
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Saint-Valentin ne rime pas toujours avec soirée romantique et torride. Pour certaines femmes, la fête de l’amour est également synonyme de violences se*uelles. Un paramètre mis en avant par plusieurs associations féministes en ce 14 février.

>> A lire aussi : Saint-Valentin ou Ligue des champions ? Ce signe astrologique a tranché !

Les vidéos du jour à ne pas manquer

Une augmentation des violences se*uelles à la Saint-Valentin

Lingerie fine, jouets coquins, aliments aphrodisiaques… La Saint-Valentin approchant, nombreuses sont les marques qui ont vanté l’utilité de leurs produits. Et ce, surtout quand il s’agit d’accessoires visant à améliorer les moments intimes.

Ainsi, à mesure des années, la fête de l’amour est devenue synonyme de sexe. Un amalgame que déplorent les associations féministes, qui mettent en garde contre la recrudescence des violences se*uelles le 14 février.

Saint Valentin

Pour cause, au travers de témoignages recueillis auprès de nombreuses femmes, elles sont arrivées à la conclusion que la Saint-Valentin pouvait parfois représenter un danger. C’est le constat qu’a fait l’association En avant Toutes, créée pour aider les jeunes à parler de violences dont elles sont victimes au sein de la famille ou du couple.

« C’est une série d’observations qu’on a pu faire au fur et à mesure de nos activités » , a expliqué Louise Delavier, directrices des programmes de l’association, à Yahoo. « Les moments comme la Saint-Valentin, qui sont des moments d’injonction au couple, à l’amour, à la sexualité, sont des moments où on nous décrivait plus de violences se*uelles » , a-t-elle poursuivi, avant d’ajouter : « On s’est rendu compte qu’on avait pleins de témoignages de femmes qui évoquaient des violences se*uelles, parfois sans avoir réalisé qu’elles en avaient subi sur le coup » .

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par En avant toute(s) (@enavanttoutes)

>> A lire aussi : Saint-valentin : « Whispering method », LA technique TikTok pour trouver l’amour

« J’avais tellement peur d’être seule que j’acceptais »

À ces injonctions s’ajoutent la pression induite par le devoir conjugal. En couple pendant 24 ans, Farah, 47 ans, s’est confiée à Yahoo : « Il était violent verbalement, mais j’avais tellement peur d’être seule que je l’acceptais. Je me forçais à avoir des rapports se*uels avec lui car je savais que c’était ce qu’on attendait de moi. Heureusement, il n’était pas très demandeur, à part aux ‘grandes occasions’. Son anniversaire, la Saint-Valentin, Noël… D’ailleurs, nos enfants ont toujours été conçus à ces dates clé, et ça me brise de savoir que notre famille est née de rapports sous la contrainte, l’insistance » .

Tout comme Farah, de nombreuses femmes, jeunes et moins jeunes, font le même constat. Certains hommes n’ont aucun scrupule à utiliser la date du 14 février pour mettre la pression à leurs conjointes. « Dans ma tête, c’était ancré : à cette date, je n’avais pas le droit de dire non » , rapporte Jessica. « C’était mon devoir de femme, de compagne, de future épouse. J’ai grandi dans la pensée selon laquelle une femme ne pouvait se refuser à son mari, à son compagnon. Pour moi, les v*ols ou les agressions se*uelles, c’était par des inconnus, dans la rue. Pas par des personnes qui disaient m’aimer » , a-t-elle conclu.

Abonnez vous à la Newsletter gratuite TDN

Au vu des témoignages, il est évident que le consentement reste encore un problème dans beaucoup de couple. Un élément que déplore Louise Delavier. Pour apporter sa contribution à la lutte contre les violences se*uelles, l’association En avant Toutes a créé un outil pour expliquer le consentement à toutes les étapes. « C’est un outil qu’on utilise aujourd’hui et qui s’appelle Une histoire de consentement. C’est une histoire à choix multiples qui permet d’explorer les situations de consentement » , a expliqué la directrice des programmes de l’association.

>> A lire aussi : Saint-Valentin : S’embrasser a des bienfaits pour la santé

0