Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Société

Des supermarchés sont dans l’illégalité avec cette pratique…

Publié par Justine le 06 Nov 2020 à 14:31
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Depuis l’annonce du reconfinement, les petits commerces ont demandé à être sur un pied d’égalité avec les grandes surfaces. Suite à cette demande, le gouvernement a ordonné la fermeture des rayons non-essentiels en France, mais certains supermarchés contournent l’interdiction…

Des supermarchés dans l'illégalité

>>> À lire aussi : Reconfinement : à quelle distance de chez nous a t-on le droit d’aller pour faire nos courses ?

Certains supermarchés contournent l’interdiction

Depuis début novembre, le reconfinement national est de mise, rapidement suivi par la fermeture obligatoire des rayons non-essentiels dans les grandes surfaces par souci d’équité envers les petits commerçants. Ainsi, les supermarchés ne peuvent plus vendre de livres, de vêtements, de la décoration ou encore de bijoux. Pourtant, certains magasins contournent cette interdiction et frôlent avec l’illégalité.

LA VIDEO DU JOUR A NE PAS MANQUER

Business Insider a mené l’enquête et a découvert que certains distributeurs utilisent la commande en ligne de certains produits non-essentiels. Une fois le produit réservé, les clients se rendent dans un point de retrait pour récupérer leurs achats. C’est le cas de Système U dont le porte-parole, Thierry Desouches, justifie ce dispositif compatible avec le décret : « Il s’agit uniquement de commandes préalables, c’est-à-dire passées avant la venue en magasin, par téléphone ou par e-mail ».

>>> À lire aussi : Carrefour, Lidl, Leclerc… : cette conséquence inattendue du confinement sur les supermarchés

Les supermarchés dans le viseur du gouvernement

Système U n’est pas le seul supermarché concerné ! À Intermarché, les clients doivent justifier leur achat avec une preuve écrite comme un mail ou un SMS qui indique l’arrivée de leur commande en magasin. Par ailleurs, Carrefour ne mise pas sur la commande en ligne, mais sur place grâce à des affiches disposées devant les rayons jouets, culture et textile. Un nouvel espace a été installé dans le magasin et est utilisé comme point de commande. Ainsi, les clients règlent et récupèrent leurs achats dans un autre espace dédié : le point retrait.

Toutefois, une enseigne respecte l’interdiction à la lettre. Il s’agit de Lidl qui a retiré l’ensemble des produits non-essentiels et accepte subir un important manque à gagner. Ces initiatives vont-elles pouvoir rester en place ? Le ministère de l’Économie, des Finances et de la Relance s’intéresse à cette pratique : « ces nouvelles ventes font l’objet d’une attention particulière et des consignes claires seront données prochainement aux enseignes », relate Business Insider. Réponse dans les prochains jours.

>>> À lire aussi : Lidl prend une décision radicale… et ça ne va pas faire des heureux !