Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Faits divers

« Nous devons évidemment faire mieux » : Olivier Véran reconnait l’erreur du gouvernement dans l’affaire Lola

Publié par Mia le 19 Oct 2022 à 16:24
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Lola, une jeune adolescente de 12 ans, a été retrouvée sans vie dans une malle à Paris. M*tilée et agressée s*xuellement, l’histoire de Lola a vraiment profondément attristé et mis en colère le gouvernement. Emmanuel Macron, lui-même, a reçu les parents de la victime pour témoigner son soutien. La principale suspecte dans cette affaire se nomme Dabhia B, une jeune femme de 24 ans d’origine algérienne. Et son origine étrangère commence à poser des questions au sein du gouvernement.

En effet, selon Olivier Véran, le gouvernement aurait une part de responsabilité dans la mort de Lola. Pourquoi ? Les expulsions d’immigrés irréguliers n’ont pas été assez régulées dans le pays.

À lire aussi : « Abominable et intolérable » : Brigitte Macron sort du silence sur l’affaire Lola

Olivier Véran évoque l’implication du gouvernement dans l’affaire Lola

Les aveux de Dabhia B, principale suspecte dans l’affaire Lola, sont terrifiants. Âgée de 24 ans et d’origine algérienne, la jeune femme a été désignée par plusieurs proches comme une personne perturbée. Mais, selon le gouvernement, la disparition de Lola aurait quand même pu être évité. Notamment si l’État avait durci les politiques d’accueil et d’expulsion des étrangers immigrés et en situation irrégulière en France. C’est le cas de la suspecte Dabhia B, mais aussi le cas pour les trois hommes suspectés de complicité dans cette affaire.

« Nous travaillons d’arrache-pied pour faire en sorte que les expulsions soient suivies d’effets, mais nous devons évidemment faire mieux » , a ainsi déclaré le porte-parole du gouvernement, Olivier Veran. L’ex-ministre de la Santé a également rapporté ce qui s’est dit au Conseil des ministres au sujet de l’affaire Lola. D’après lui, le Conseil des ministres a salué le courage des parents de Lola, « face à l’indicible » .

affaire lola gouvernement olivier veran (2)

À lire aussi : Disparition de Lola : Ses derniers instants dévoilés dans TPMP (vidéo)

Une politique d’immigration et d’expulsion trop « laxiste » ?

La disparition de la jeune Lola a-t-elle un rapport avec la politique d’immigration en France ? Pour Marine Le Pen et Eric Zemmour, c’est une évidence. Selon les deux ex-candidats à la présidentielle, le profil de la suspecte n’est presque pas étonnant. « Les révélations sur le profil de la femme suspectée du massacre de la petite Lola, qui on l’apprend, est en situation irrégulière, sont un cas d’école sur le caractère hors contrôle de l’immigration clandestine dans notre pays. Le débat doit s’ouvrir… enfin » , a tweeté Marine Le Pen, de son côté.

Même constat pour Eric Zemmour sur Twitter. « De nationalité algérienne et en situation irrégulière, c’est officiel : l’assassin de Lola n’aurait jamais dû croiser sa route. Encore une fois » , a-t-il déclaré. Il faisait évidemment référence à sa propre politique en matière d’immigration.

De son côté, le député Eric Ciotti a tweeté ceci : « L’assassinat de Lola a été commis par une femme algérienne, en situation irrégulière, ayant fait l’objet d’une OQTF (obligation de quitter la France, ndlr). En tant que père de famille, ce laxisme migratoire criminel me révolte. En tant que responsable politique, je m’engage à tout faire pour y mettre fin, et vite » .

À lire aussi : « Elle parlait toute seule » : L’ancien compagnon de la suspecte dans l’affaire Lola fait de nouvelles révélations sur son étrange comportement (vidéo)

0