Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Faits divers

Viol collectif au bois de Vincennes : la « victime » a tout inventé

Publié par Hannah Maline le 18 Mai 2023 à 9:11
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail
La suite après cette vidéo

Depuis la nuit du 9 mai dernier, les Parisiens sont en panique totale, ils ont peur de sortir de chez eux. La raison ? Un viol collectif aurait eu lieu dans le bois de Vincennes. Pourtant, alors que l’information a fait le tour des réseaux sociaux, toute cette histoire ne serait qu’un mensonge.

La suite après cette publicité

À lire aussi : Un baby-sitter accusé d’avoir violé le garçon de 4 ans qu’il gardait

Une histoire sordide dans le bois de Vincennes

Dans la soirée du mardi 9 mai 2023, une jeune femme s’est rendue à un concert de jazz dans le XVIIIème arrondissement de Paris. Selon ses déclarations aux policiers, ce qui suit cette soirée qui devait être amusante s’est rapidement transformée en un véritable cauchemar.

La suite après cette publicité

Elle affirme avoir été victime d’un guet-apens en prenant les transports pour rentrer chez elle. La jeune femme déclare avoir été entourée par trois hommes en sortant du métro aux alentours d’une heure du matin à Porte-de-Vincennes. 

D’après ses dires, l’un d’entre eux lui aurait pointé un objet suspicieux dans le dos, laissant penser à une arme. Le deuxième lui aurait ordonné qu’elle éteigne son téléphone. Le troisième, quant à lui, lui aurait fait inhaler une substance illicite dans un flacon, faisant perdre connaissance à la victime. 

Suite à ce qui ressemble à un kidnapping, la femme se serait réveillée dans le bois de Vincennes pratiquement nue. De plus, il lui était impossible de trouver ses sous-vêtements visiblement volés. Elle aurait donc été victime d’un viol collectif

La suite après cette publicité

Suite à ce drame, elle aurait appelé son mari et serait allée vers un agent RATP pour lui venir en aide. Il n’en a pas fallu plus pour alerter la police. 

Elle avait été transportée à l’hôpital Bégin à Saint Mandé, se plaignant de douleurs. Une enquête a immédiatement été ouverte.

Un discours peu cohérent

La suite après cette publicité

Cette histoire a commencé à prendre une énorme ampleur sur les réseaux sociaux au point que les Parisiennes s’inquiètent de sortir de chez elles.

Pourtant, les enquêteurs commencent à douter. L’exploitation des données du téléphone de la supposée victime et des images de vidéoprotection ne coordonnent pas avec sa version des faits.

viol vincennes
La suite après cette publicité

« Devant ces incohérences, la victime supposée a d’abord changé une partie de ses explications » , indique le parquet de Créteil. En effet, celle-ci avait changé son récit concernant le début de sa soirée. Elle ne prétend plus avoir été à un concert de jazz, mais avoir en réalité passé la soirée avec un ami.

Concernant ses supposées douleurs, elle ne souffrait finalement de rien. De plus, les témoins de la soirée ont eux aussi été interrogés. Sauf qu’il semble que personne ne tient le même discours que la femme âgée de 27 ans. 

Confrontée à tant de contradictions, la jeune femme avoue finalement avoir inventé toute cette histoire lors de sa garde à vue lundi 15 mai 2023.

La suite après cette publicité

À lire aussi : En garde à vue, il défèque en plein milieu de la cellule et ce qu’il fait avec ses excréments est infâme !

Les retombées du mensonge

Reste à savoir les motivations de la jeune femme pour inventer de toutes pièces une histoire aussi inquiétante. Le moins que l’on puisse dire, c’est que les retombées vont être sévères.

La suite après cette publicité

Elle devra répondre de ses actes devant la justice prochainement. Cette dernière n’a désormais plus la place de la “victime » . Elle est poursuivie pour « dénonciation mensongère à une autorité judiciaire ayant entraîné des recherches inutiles » . 

Sans antécédent judiciaire, la jeune femme est convoquée le 27 septembre prochain au tribunal de Créteil. Elle risque six mois d’emprisonnement et 7 500 euros d’amende.

À lire aussi : Un homme droguait sa femme pour que d’autres puissent la violer : un procès requis contre 49 suspects