Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Faits divers

Violente agression envers des employés d’un Gifi : la raison est surréaliste !

Publié par Lucie B le 07 Nov 2020 à 12:30
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Dans un magasin de Gifi, à Aubervilliers, la direction avait décidé d’anticiper le retrait des produits non-essentiels dans les rayons, samedi 31 octobre. Une décision qui a déplu fortement aux clients qui ont alors agressé les employés.

La suite après cette publicité

À lire aussi : Attestations de déplacement : attention à cette arnaque qui prend de l’ampleur !

La suite après cette vidéo

Une anticipation d’une décision de l’Etat

Dimanche 1er octobre, le Premier ministre, Jean Castex, annonçait la fermeture des rayons des produits non-essentiels dans les grandes surfaces. Une mesure « d’équité » avec les commerces de proximité, qui ont fermé leurs portes avec le confinement. Cette décision, un magasin de l’enseigne de produits déstockés, Gifi, l‘avait anticipé, avant son annonce officielle. Il s’agit du magasin d’Aubervilliers.

La suite après cette publicité

Dès le samedi 31 octobre, des produits ont été étiquetés comme n’étant pas possible d’être vendus. Problème, certains clients du magasin sont passés outre de ces étiquettes et se rendaient en caisse avec des produits non-essentiels.  » Quand les clients sont arrivés à la caisse, mes collègues leur ont dit ‘on ne peut pas vous vendre le ballon, on ne peut pas vous vendre ci’, du coup, ils se sont fait agresser » , raconte Fouzia Dekhedda, une employée de ce magasin.

Un déferlement de violences

Dans le magasin, les clients mécontents passent leur colère sur les employés et le personnel du magasin. « Ma responsable s’est faite cracher dessus. Des gens sont entrés dans le magasin pour voler. Ma collègue a essayé de les arrêter, elle s’est fait insulter » . Une employée se serait fait violemment bousculer par un client. Cinq employés ont déjà décidé de faire valoir leur droit de retrait.

La suite après cette publicité

La marque Gifi, à travers son porte-parole, Didier Pitelet, ne pense pas que ces violences soient dues spécifiquement aux produits non-essentiels interdits à la vente. « Je pense que ce n’est pas lié aux produits essentiels ou non-essentiels, c’est plutôt un problème d’incivisme, c’est tout » . Néanmoins, l’enseigne a, quand même, décidé de prendre des dispositions pour éviter que d’autres incidents ne se produisent dans ces magasins. Un vigile sera donc posté dans chaque magasin Gifi d’Île-de-France.

Source : FranceInfo

À lire aussi : Coluche, Daniel Balavoine, Lady Di… Découvrez 10 célébrités qui ont connu des morts étranges !

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.