Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Médias

Cette célèbre chaîne licencie son journaliste phare et porte plainte

Publié par Gabrielle Nourry le 24 Fév 2023 à 9:02

Rachid M’Barki, le présentateur phare de BFMTV a été licencié après avoir été écarté depuis plusieurs semaines. Le journaliste est mis en cause pour la diffusion d’informations orientées et non validées. La chaîne d’informations en continu a choisi de porter plainte contre lui.

À lire aussi : Le journaliste Hugo Clément est mis en examen

BFMTV licencie un de ses journalistes phares

Rachid M’Barki a d’abord été dispensé d’activité depuis le 11 janvier suite aux révélations de Radio France concernant les agissements du journaliste. BFMTV a désormais pris la décision de le licencier, une annonce révélée ce jeudi 23 février par la direction de la chaîne.

La décision a été prise après une enquête menée en interne. Les investigations ont permis « d’identifier plusieurs séquences, entre 2021 et 2022, qui ont été diffusées sans respect des process de validation et de la ligne éditoriale ».

Le directeur de la chaîne, Marc-Olivier Fogiel précise que « ces manquements sont de la seule responsabilité » du journaliste. Ainsi, la chaîne a pris la décision de licencier Rachid M’Barki qui était employé depuis 17 ans. Une plainte a également été déposée contre X le 22 février.

journaliste bfm

À lire aussi : Un célèbre journaliste s’est suicidé en se jetant du 10e étage

Plusieurs séquences jugées problématiques

Le journaliste est accusé d’avoir diffusé dans son JT des sujets sans l’accord de sa hiérarchie. Les informations diffusées faisaient référence aux oligarques russes, au Qatar, au Soudan, au Cameroun, ou encore au Sahara occidental.

Une enquête a révélé que cette affaire était le résultat d’une vaste entreprise de désinformation pilotée par une officine israélienne. Cette agence est dirigée par des anciens de l’armée et des services secrets.

Interrogé au début du mois de février, Rachid M’Barki avait admis avoir « utilisé des infos qui lui venaient d’informateurs«  et qui n’avaient « pas forcément suivi le cursus habituel de la rédaction ». Mais il affirme que ces informations « étaient toutes réelles et vérifiées ». En conclusion, il avouait qu’il s’était peut-être fait avoir, mais assure qu’il n’était pas au courant.

À lire aussi : Un journaliste se fait voler son oreillette par un perroquet en plein direct (vidéo)

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.