Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Santé

AstraZeneca : la révélation choc qui vient de tomber

Publié par La rédaction le 03 Mai 2021 à 11:02
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Le décès de ce jeune étudiant nantais en médecine est survenu le 18 mars, précisément 10 jours après avoir reçu une dose du vaccin AstraZeneca. Il avait 26 ans. Depuis, les résultats de l’autopsie étaient attendus. Ils n’ont pas manqué d’appuyer la possible existence d’un lien entre l’injection reçue et la thrombose abdominale qui lui aura été fatale.

La suite après cette publicité

>>> A lire aussi : AstraZeneca : de nouveaux drames viennent de se produire

La suite après cette vidéo

Un lien entre le décès et l’injection de l’AstraZeneca

Il y a là toute une subtilité dans la lecture de ce rapport. En effet, ce dernier ne met pas en lumière la culpabilité directe d’AstraZeneca dans le décès du jeune homme. Il confirme, en revanche, qu’il existe bel et bien un lien entre l’injection du vaccin et le développement d’une thrombose abdominale grave. « Il (le rapport) élimine un certain nombre de causes possibles et renforce l’hypothèse d’un lien de causalité entre l’injection de l’AstraZeneca et la survenance du décès », confie l’avocat de la famille, Me Étienne Boittin.

La suite après cette publicité

En effet, le rapport indique n’avoir relevé aucun problème de santé (infection, virus, cancer, tumeur, etc) pouvant entraîner la création et l’apparition d’une quelconque thrombose. Qu’elle soit cérébrale, pour la plupart des concernés, ou abdominale dans le cas du décès de l’étudiant nantais.

astrazeneca etudiant nantais autopsie

>>> A lire aussi : Des chercheurs établissent le lien entre le vaccin AstraZeneca et les cas de thromboses

Les familles des victimes sur le front

La suite après cette publicité

À l’heure actuelle, certains pays sont toujours réticents à l’utilisation du vaccin AstraZeneca. Ils adaptent généralement son usage à certaines classes d’âges, comme en France (seuls les plus de 65 ans peuvent le recevoir). Même si les cas de thromboses sont très rares, il n’en demeure pas moins qu’ils existent.

Plusieurs familles françaises ayant vu une personne de leur entourage succomber à une thrombose, probablement liée à la réception du vaccin, ont porté plainte. Des enquêtes ont d’ailleurs déjà été ouvertes par le parquet de Paris pour « homicide involontaire » afin d’établir si oui, ou non, AstraZeneca est directement responsable dans les décès de ces victimes.

>>> A lire aussi : Vaccination : Olivier Véran fait une grande annonce

La suite après cette publicité
Source : BFM TV

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.