Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Actualité

Fuir Poutine : Des images d’exode russe affolent la Toile

Publié par Alicia Trotin le 23 Sep 2022 à 19:38
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Le 21 septembre, Vladimir Poutine a annoncé la mobilisation partielle de 300 000 réservistes russes. Mercredi soir, les billets au départ de Moscou montaient à des prix dangereusement hauts et les vols affichaient tous complets. Depuis, des images d’un exode vers la Finlande ont secoué les réseaux sociaux : le pays scandinave, nouveau refuge des Russes ?

De nombreuses images ont circulé ces deux derniers jours : des files de voitures à la frontière finlandaise, plus de voyageurs que d’ordinaire à la gare d’Helsinki, que se passent-ils vraiment ?

A lire aussi : Poutine : entre maladie et fiasco militaire, est-ce la fin ?

Une ruée vers la Finlande ?

Alors qu’il y a à peine onze heures de route entre les deux capitales, des images alarmantes ont tourné ces dernières heures montrant des bouchons aux abords de la Finlande. Il n’en fallait pas plus pour créer l’affolement sur la toile.

« L’embouteillage a atteint jusqu’à 35 kilomètres et augmente d’heure en heure« 

Sotiri Dimpinoudis, journaliste indépendant via Twitter

Les garde-frontières finlandais ont rapidement certifié qu’il n’y avait pas eu d’exode depuis la Russie en direction de leur pays. Matti Pitkaniitty, responsable des affaires internationales pour les gardes-frontières, a déclaré à l’agence Reuters que le nombre de personnes passant la frontière était passé de 3 133 à 4 824 ces deux dernières semaines. Il a qualifié ce chiffre comme étant une « claire augmentation » mais en aucun cas ces chiffres ne doivent être considérés comme un mouvement de panique.

Vendredi 23/09/2022 à 8h00, heure finlandaise. Hier, 6470 Russes sont entrés en Finlande par la frontière. 3227 exilés. Ce nombre correspond au trafic de ce week-end. En août et en septembre, nous avions près de 6000 arrivées en Finlande le samedi. Analyse à suivre.

A lire aussi : Vladimir Poutine : Cette déclaration très inquiétante qui ne présage rien de bon

« Les files d’attente sont un phénomène normal »

Un second porte-parole s’est exprimé sur la situation. C’est avec transparence, qu’il a assuré sur Twitter que tout était sous contrôle.

Le trafic entrant à la frontière a augmenté pendant la nuit. Il a augmenté par rapport aux semaines précédentes, mais la quantité est encore faible par rapport à la période précédant la pandémie. Nos ressources sont suffisantes et la situation est sous contrôle. La situation aux frontières de la Finlande n’a pas changé de façon alarmante ces derniers jours. Des renseignements inexacts et trompeurs circulent sur les réseaux sociaux. Nous publierons régulièrement sur ce compte Twitter dans les prochains jours.

« Les files d’attente sont un phénomène normal, mais il y a un peu plus de trafic que les jours de travail précédents. Il y a eu des files d’attente de 200 à 300 mètres, mais de fausses informations ont été diffusées concernant des files d’attente de plusieurs kilomètres » .

D’après CheckNews, c’est une vidéo datant du mois d’août publiée sur TikTok qui a été repostée. Étant donné l’atmosphère plus que tendue autour de l’actualité russe, les images ont tout de suite été mal interprétées.

Si le trafic routier n’est pas alarmant, qu’en est-il du trafic aérien ?

Rappelons que les Russes ne peuvent plus se rendre directement en avion dans un des pays de l’Union Européenne. En effet, l’espace aérien de la Russie a été fermé à partir du 24 février, lors de l’invasion de l’Ukraine. Si les postes-frontières des pays tels que la Norvège ou la Finlande ne sont pas inquiets, ce sont les files d’attente aux postes-frontières vers la Géorgie ou la Mongolie qui le sont.

Une accumulation de trafic du côté russe de la frontière Russie-Géorgie est visible d’après les données de Google et Yandex Maps.

Comme le montrait hier le site Flightradar24, le nombre d’avions au départ de Moscou reste normal. Toutefois, une centralisation des vols en direction des pays précédemment cités, la Géorgie et la Mongolie, est nettement visible.

A lire aussi : Guerre en Ukraine : Brigitte Macron impliquée dans une opération spéciale

0