Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Faits divers

Le violeur de Tinder visé par de nouvelles plaintes

Publié par Fanny Jacob le 18 Juil 2023 à 16:03
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Le violeur de Tinder est un multirécidiviste accusé d’agressions sexuelles par plusieurs femmes. Malgré une incarcération, il est de retour et aurait fait de nouvelles victimes présumées.

A lire aussi : Elle arrache le pénis de son mari qu’elle soupçonne d’adultère

Le violeur de Tinder : l’homme recherche ses victimes sur les apps de rencontres

Le violeur de Tinder est un homme qui a été accusé de viols par 16 personnes et d’une agression sexuelle. Une personne mineure fait partie des victimes présumées.

Prénommé Salim B., l’homme cherchait ses victimes sur les sites et applications de rencontres telles que Tinder, Fruitz ou encore AdopteUnMec.

L’ex-photographe disait vouloir faire des photos de ses victimes, en faire des modèles. Un shooting photo lors duquel il les droguait et abusait d’elles.

C’est en tout cas ce que rapportent la majorité des plaignantes. Toujours signalé sur les apps de rencontre, il se recréait sans cesse de nouveaux faux profils, avec de faux noms.

violeur tinder nouvelles victimes (2)

A lire aussi : Un adolescent de 13 ans poignardé à mort pour une histoire de casquette

Quatre nouvelles plaintes s’ajoutent aux dix-sept autres

Le violeur de Tinder a été arrêté en 2017 et a été emprisonné jusqu’en 2019. En 2019, il est sorti de prison et est donc sous contrôle judiciaire depuis cette date.

Il est accusé d’abus qui auraient été commis entre 2013 et 2016. Sauf qu’en 2021, le violeur de Tinder a été à nouveau aperçu sur les réseaux. Il a aussi été vu sur WhatsApp en 2022.

Depuis quatre nouvelles plaintes ont été déposées contre lui. L’une dont les faits datent de 2022 et qui a été classée sans suite.

Les trois autres plaintes font encore l’objet d’une enquête. Les faits se seraient déroulés en 2013, 2021 et même 2023. Les victimes présumées auraient été droguées, comme pour les 17 autres du dossier.

A lire aussi : Affaire Palmade : les terribles nouvelles concernant la passagère qui a perdu son bébé

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.