Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. People

Magali Berdah, très émue, évoque le cyberharcèlement dont elle est victime

Publié par Celine Spectra le 22 Jan 2023 à 20:30
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

À la tête de l’entreprise Shauna Events, Magali Berdah a souhaité prendre la parole sur le plateau de BFMTV pour dénoncer le cyberharcèlement qu’elle subit depuis huit mois. Tout a commencé lorsque Booba, rappeur, l’a accusée d’escroqueries…

>> À lire aussi : Magali Berdah : sa société Shauna Events a été vendue pour une somme très symbolique

Magali Berdah lance un cri du cœur

Cela fait désormais plus de huit mois que Magali Berdah est la cible du rappeur Booba, ce dernier l’accusant d’escroquerie. Ce vendredi 20 janvier 2023, elle a donc souhaité prendre la parole sur le plateau de BFM Story, sur BFMTV, afin d’évoquer le cyberharcèlement.

Très émue, la mère de famille a assuré que cela avait détruit sa vie.

« Parce que ce n’est pas vivable… Quand on ouvre son téléphone, et qu’on se fait insulter, que sur Internet, on voit son adresse diffusée et qu’il devient nécessaire de déménager… »

Au bord des larmes, Magali Berdah assure ne plus en pouvoir. Il y a peu de temps, elle a d’ailleurs déménagé ses bureaux, mais dès le lendemain, Booba a diffusé une vidéo de ses nouveaux bureaux, alors qu’elle n’avait même pas encore communiqué l’adresse au greffe.

>> À lire aussi : Magali Berdah victime de cyberharcèlement. Nouveau rebondissement dans l’enquête

Magali Berdah, très émue, évoque le cyberharcèlement dont elle est victime

BFMTV

« C’est une mise à mort »

Comme elle l’assure, le cyberharcèlement, c’est finalement un peu comme une mise à m*rt.

« Tant que la victime n’est pas mo*te, le cyberharceleur ne cesse pas. »

Pour mémoire, en décembre, huit personnes avaient été placées en garde à vue dans le cadre de cette affaire, mais étonnamment, Booba n’en faisait pas partie. Visée par une enquête pour pratiques commerciales trompeuses, l’influenceuse réfute l’ensemble et assure qu’on la pointe du doigt pour des pratiques qui n’existent pas. Et que si éventuellement certaines personnes assurent que cela existe, qu’elle se tient à la disposition des enquêteurs.

« Je n’ai aucun problème avec ça. », finit-elle par conclure.

>> À lire aussi : Magali Berdah : Une condamnation pour abus de faiblesse sur un homme de 96 ans refait surface

Source : Meelty

 

close

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.

0