Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Science

Le gaz hilarant : est-ce la preuve que les extraterrestres existent ?

Publié par Mathilde le 17 Oct 2022 à 7:33
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Les extraterrestres et leurs soucoupes volantes existent-ils ? Une question que tout le monde se pose. Selon certains scientifiques, la présence de gaz hilarant dans l’espace permettrait d’affirmer que nous ne sommes pas les seuls êtres vivants.

À lire aussi : Ils se lancent dans une expédition sous-marine pour trouver des technologies aliens

Une recherche menée pour prouver l’existence des extraterrestres

Alors que nous venons d’apprendre la présence d’un nouveau variant, les scientifiques de l’Université de Californie à Riverside ont fait une tout autre découverte. Publiées dans l’Astrophysics Journal, leurs recherches prouveraient chimiquement la présence d’extraterrestres sur d’autres planètes. Eddie Schweterman a expliqué :

À lire aussi : Black Alien : Après le nez, il veut se faire amputer une autre partie du corps

« On a beaucoup réfléchi à l’oxygène et au méthane en tant que bio signatures. Moins de chercheurs ont sérieusement envisagé l’oxyde nitreux, mais nous pensons que c’est peut-être une erreur. »

Le gaz hilarant prouve-t-il leur existence ?

Le protoxyde d’azote étant fabriqué par des êtres vivants, il est ainsi logique qu’une planète dotée de traces de gaz, abrite la vie.

extraterrestres gaz hilarant planete etude

@WikiImages – Pixabay

« La vie génère des déchets azotés qui sont convertis par certains micro-organismes en nitrates. Dans un aquarium, ces nitrates s’accumulent, c’est pourquoi vous devez changer l’eau régulièrement. Cependant, dans de bonnes conditions dans l’océan, certaines bactéries peuvent convertir ces nitrates en N2O. Le gaz s’échappe alors dans l’atmosphère. »

Des études ont ainsi été menées pour déterminer quel type de gaz avait été détecté autour de ces « exoplanètes », notamment près des étoiles :

« Un système stellaire comme TRAPPIST-1, est sans doute le meilleur pour observer les atmosphères des planètes rocheuses. Nous pouvons potentiellement détecter l’oxyde nitreux à des niveaux comparables au CO2 ou au méthane. »

Malgré tout, les études ne prennent pas en considération les rejets massifs de gaz causés par d’autres phénomènes :

« Cette conclusion ne tient pas compte des périodes de l’histoire de la Terre où les conditions océaniques auraient permis une libération biologique beaucoup plus importante de N2O. »

Alors, le gaz hilarant permettra-t-il d’assurer que les extraterrestres existent ? Affaire à suivre…

À lire aussi : Un manoir abandonné sur Google Maps donne la chair de poule

0