Ses points noirs se sont transformés en abcès pullulants et elle en déjà eu 10 000 sur le corps

 

Elle a longtemps pensé qu’elle souffrait seulement de points noirs à excès. Elle n’a jamais rien fait pour s’en débarrasser, jusqu’au jour où les points noirs se sont mis à grossir et à s’infecter. Là, elle a compris qu’il ne s’agissait pas de comédons mais bien d’abcès.

 

Des points noirs se sont transformés en abcès

Nicole Cruickshank est une Britannique de 23 ans qui ose pour la première fois partager les photos de son corps. Tout a commencé, il y a une dizaine d’années, quand elle a remarqué l’apparition de points noirs sur les cuisses et les bras. « J’ai d’abord remarqué que quelque chose n’allait pas, quand j’ai vu tous ces points noirs. Mais peu à peu, ils sont devenus comme des boutons et se sont remplis de pus ». En 2004, voyant que les comédons ont commencé à grossir, elle est allée consulter un médecin qui lui a diagnostiqué une maladie de la peau. Elle souffre d’hidradénite suppurée, aussi appelée maladie de Verneuil. C’est une maladie cutanée qui entraîne l’apparition d’abcès et de fistules.

(Caters)

(Caters)

On ne peut rien faire pour elle

Les abcès ont continué à grandir et se sont même répandus sur ses aisselles. Encore aujourd’hui, malgré le diagnostic, elle doit vivre au quotidien avec l’apparition de nouveaux abcès. À peu près tous les jours, de nouveaux abcès remplis de pus apparaissent. Elle doit les cacher et utiliser des compresses pour les recouvrir. « Ils se mettent à couler à l’école, et malgré tous les docteurs que j’ai vus, rien ne m’aide à aller mieux. Un jour, j’ai eu un abcès si gros sous le bras, que je ne pouvais même plus l’abaisser, je le gardais tendu vers le haut. La plupart du temps, ils éclatent d’eux-mêmes ou rapetissent, mais cette fois-là, les docteurs ont pensé intervenir pour le drainer ».

(Caters)

(Caters)

Elle a déjà eu 10 000 abcès sur tout le corps

L’hidradénite n’est pas une maladie mortelle, mais elle doit tout de même surveiller chacune de ses plaies pour ne pas qu’elle s’infecte et fasse un sepsis. « Mon petit ami, Steve, est très compréhensif. Il sait que je ne peux pas marcher sur des longues distances, sinon je développe d’autres blessures ». Il n’y a aucun moyen de soigner cette maladie et tout ce qui peut l’aider, c’est de prendre des antibiotiques. En 10 ans de maladie, elle estime à peu près avoir déjà eu 10 000 abcès, à raison d’un par jour dont 4 gros par semaine. Depuis qu’elle a 21 ans, des abcès sont aussi apparus sous ses seins. Elle a tout essayé mais aucun médicament n’est plus efficace l’un que l’autre.

Publié par Nicolas F le 27 Août 2017
 
0